Les hippopotames #4 – Shoot to kill, or do not shoot

(les hippopotames est une série sur la survie au travail et plus généralement dans tous milieux hostiles 🙂 à voir les épisodes #1  #2 et #3 ou aller vers le #5)

 Chirac

Merci mon bon Jacques, toujours aussi efficace ! alors la retraite ça va ?

Ce que veut dire l’ami Jacques, c’est que rien n’est plus dangereux Highlanderqu’un animal blessé. D’abord parce qu’il devient enragé, n’a plus peur de rien puisqu’il sait que le combat est entamé et qu’il ne peut en rester qu’un ! C’est vous ou lui. Rien ne l’arrêtera plus. Ensuite parce-que ça fait de vous un bourreau, mais on verra ça plus loin.

etoile-noir-en-actionLe souci, c’est que de votre côté, sauf si vous êtes une hyène adepte des petits pics, vous avez utilisé votre plus grosse arme de destruction massive, votre propre étoile noire pour mener l’attaque initiale. Vous n’avez certainement plus de munitions d’ailleurs. Vous ne pourrez donc ni monter en puissance, ni décharger une salve de munitions supplémentaires. Vous êtes à sec. Et vous allez vous faire cueillir par une contre attaque de toute beauté.

Si vous devez donc un jour tirer, faites-le pour tuer, pas pour blesser. Préparez votre coup, ne réagissez pas à chaud. Soyez sûr de faire mouche.

Et assurez-vous que votre victime ne suscitera pas la pitié des autres animaux de l’entreprise-savane. Car sinon vous serez vous-même aculé, traqué et bientôt tué aussi. Même si vous avez tué le pire des lions. Celui que tout le monde voulait voir anéanti. Il se peut que son dernier méfait soit de vous transformer en paria, et c’est lui qui vous aura alors anéanti. L’errance qui suit le bannissement moral étant bien plus douloureux que d’être tué ou même occasionnellement blessé.

Chasse

Mais imaginons que vous avez vaincu. Avant de crier victoire, vérifiez toujours que l’animal attaqué est mort. Et sentez la honte monter en vous. Sentez ce sentiment d’avoir éliminé certes ce qui vous gênait, mais que d’autres peut-être aimaient.

Et si vous étiez vous même le lion ? Et que cette mort qui est votre oeuvre n’est pas une de plus à votre actif ? Et si votre manière de faire croire que vous tuez pour vous défendre et protéger les autres d’une éventuelle attaque n’était pas en fait un déguisement. C’est vous le lion. Tout ceux qui tuent sont le lion de cette fable. Ces phrases ne toucheront peut-être pas les adeptes de la peine de mort, mais on ne peut pas vivre dans un système qui rend légal le meurtre. De la même manière en entreprise. Nous voulons tous nous débarrasser des bons gros cons qui nous entourent. On voudrait tous tordre le cou aux abrutis qui nous rendent les journées impossibles.

C’est oublier certainement que nous sommes tous le con de quelqu’un ! Nous pourrissons tous la journée de quelqu’un d’autre. Parce que nous allons à l’encontre de ce qu’il voulait faire, parce que nous allons critiquer son travail durement achevé, ou parce que tout simplement ce n’est pas son jour et que notre manière d’être va ajouter à son énervement.

Dans ce cas nous sommes celui à éliminer, devons-nous l’être ? Non. Commencer à en avoir conscience permet déjà de changer son attitude envers les autres. 

Donc, tirez pour tuer, si vous devez le faire et en avez fait l’horrible choix, sinon comprenez d’abord ce qui crée l’attitude des autres envers vous.

C’est ce que doit faire l’hippopotame. L’empathie. Et ne tuer que quand c’est lui qui est directement attaqué, d’un coup, sans laisser de chance. Mais il ne déclenche jamais l’attaque. Et cherche toujours à faire abandonner son adversaire plutôt que de le blesser ou plus. C’est une force bien plus grande de lasser un lion et d’en faire un allier, que de le supprimer.

Aller #FuckTheFish à tous ! et bonne semaine !

Merci d’être de plus en plus nombreux à suivre ce blog, et à le commenter, ça fait vraiment plaisir. N’hésitez pas à venir raconter vos pensées aussi sur Facebook et Twitter !

PARTAGEZ, LIKEZ, COMMENTEZ, LACHEZ-VOUS !! ET VIENDEZ SUR FACEBOOK !!

2 commentaires sur “Les hippopotames #4 – Shoot to kill, or do not shoot

  1. Le lion est mort c’est vrai, mais l’hippopotame n’est plus rien, au yeux des autres animaux il est coupable d’avoir agacé le lion, il n’est plus fréquentable, c’est bien deux victimes que nous avons. Au mieux il suffira de changer de marre.
    Par contre je ne sais pas ce qu’il aurait pu faire pour éviter de devenir un paria, toutes les options devant lui étaient mauvaises, pas de chance….

    Aimé par 1 personne

  2. La morale de l’histoire c’est que l’hippo aurait mieux fait de ne rien faire du tout, et s’assurer que sa chair rose et résistante et surtout glissante fatigue le lion. En effet, l’auteur n’a pas ajouté que l’hippo dispose d’une peau telle que pour réussir à l’entamer il faut une puissance telle que même si il voulait se défendre il en aurait été totalement incapable. Voilà.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s