Pensée dans le TGV

Est-ce que ça ne ferait pas une éternité que je n’ai pas publié sur ce blog par hasard ? J’ai bien fait une petite vidéo, mais depuis qu’ai-je fait ? Rien. Je passe ici tous les jours, surpris à chaque fois d’avoir encore des visites 🙂 Mais ai-je vraiment eu le temps de faire quoique ce soit ?

Le temps

C’est une notion bien curieuse que le temps. Il est une des choses les plus relatives et subjectives qui soit dans sa perception, et en même temps une des plus normées, une des plus encadrées et mesurées.

Il s’accélère ou ralentit en fonction de la gravité, en fonction de l’échelle à laquelle on l’observe, jusqu’à disparaître parfois complètement. Il est une quatrième dimension qu’on maltraite car on lui en veut toujours d’aller trop vite. Il est le sujet de tant de films qui ne s’encombrent pas (ou trop mal) du principe de causalité. Et il est ce qui semble nous manquer tous les jours pour accomplir ce qu’on veut, ou ce qu’on rêve de faire.

Je me suis endormi un 15 juin, avec plein d’échéances en tête, des perspectives, des choses à faire bientôt. Et le moment présent n’avait d’intérêt que de passer le plus rapidement possible afin de pouvoir atteindre rapidement ces objectifs, qui ne débouchaient que sur de nouveaux, et ainsi de suite… presque à l’infini.

Je me réveille ce 8 juillet sans avoir l’impression d’avoir dormi autant. Où sont passés tous ces jours ? Je n’arrive même pas à me souvenir de chacun d’entre eux. Est-ce que ce n’est pas dommage ? Est-ce que chaque jour ne devrait pas être mémorable ? On en a si peu. D’après le cow-boy Marlboro il m’en reste environ 16 425. Ça paraît beaucoup ? Mais ce n’est rien. C’est un nombre fini, je peux le décompter, je peux passer mes jours à compter le nombre de jours qu’il reste. C’est horrible.

Je me retourne deux secondes, dans ce TGV qui me ramène, pour regarder un gosse (d’ailleurs tout le monde le regarde parce qu’il met un bordel pas possible!). Il y a un peu moins de trente ans j’avais son âge. Il a l’air parfaitement heureux et en plein dans le présent. Et pourtant je me souviens à cet âge à quel point ma seule hâte était de devenir plus grand, plus vieux, plus vite. Quelle erreur ! Pourquoi avoir passé autant de mon temps à le regarder passer les yeux dans le vide, plutôt que d’avoir tourné la tête de gauche et droite autour de moi et profité de l’instant ? Impossible de trouver une réponse cohérente et pertinente.

Bon.

On ne va pas non plus se morfondre. Et les bonnes résolutions ne servent à rien. Il y aura toujours quelque chose pour nous pousser à penser à demain plutôt qu’à aujourd’hui. C’est triste, mais c’est ainsi.

Mes amis, je vous la souhaite douce et tempérée (la soirée) et je vous dis à bientôt, peut-être pour une vidéo, peut-être pour autre chose, qui sait ? Seul le temps nous dira 🙂

Profitez bien, ne comptez pas les jours et #FuckTheFish !

PARTAGEZ, LIKEZ, COMMENTEZ, LACHEZ-VOUS !! ET VIENDEZ SUR FACEBOOK !!

Un commentaire sur “Pensée dans le TGV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s