Pensées, on est déjà vendredi, j’ai froid

À Damien B. 
Nous n’avons pas eu le temps de nous tutoyer.



Les soleils frais des matins rosés
qui caressaient
les hautes herbes chantantes des prés
où promenaient
la brise tournoyante, entre les blés.

Plus rien. Plus jamais.

Les sourires en soupirs de nos instants satisfaits
qui ponctuaient
les journées en cascades de nos années envolées
où flamboyaient
les attentes furieuses de nos espoirs effrénés.

Si loin. Presque effacés.

Demain arrive plus vite que nous ne le voulions,
et j’ai peur
de ne pas pouvoir être nous deux sans toi,
et je pleure.



Pas de commentaire en bas de page cette fois…

Salut les gens.



AIDEZ A FAIRE VIVRE CETTE HISTOIRE SI ELLE VOUS À PLU : PARTAGEZ, LIKEZ, COMMENTEZ, LACHEZ-VOUS, ABONNEZ-VOUS!! ET VIENDEZ SUR FACEBOOK, SUR TWITTER ET MAINTENANT SUR WATTPAD !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s