Pensées, un lundi, on change de destinée

Ce matin, de jolies gouttes de fine pluie
Me remémorent qu’on n’a jamais vraiment su
Me dire d’où je suis, si ce n’est pas d’ici.
Certainement, vu mon teint, d’un pays beaucoup plus
Sec et moins chagriné que ta belle campagne
Qu’aujourd’hui, pour ton bonheur, je dois adopter.
Il me faut apprivoiser sa nature plane,
Son climat fort humide et ses trop courts étés.
Je le ferai sans réserve ! Crois m’en capable !
C’est cette contrée qui a vu naître tes pas.
C’est cette maison, qu’entourent d’interminables
Plaines vertes et jaunes comme les colzas,
Comme l’orge ou les pois, les blés et ton amour,
Qui t’a recueillie, tendrement, quand tu es née.
Alors, ma tendre, ma douce, ici et toujours
C’est l’endroit parfait où j’ai envie de t’aimer.
Les gouttes de pluies n’ont pas cessé de tomber,
Et je ne sais toujours pas dire d’où je viens
Mais dorénavant je sais très bien où je vais.
Contre ton corps, dans tes bras qui serrent le mien.

 



AIDEZ A FAIRE VIVRE CETTE HISTOIRE SI ELLE VOUS À PLU : PARTAGEZ, LIKEZ, COMMENTEZ, LACHEZ-VOUS, ABONNEZ-VOUS!! ET VIENDEZ SUR FACEBOOK, SUR TWITTER ET MAINTENANT SUR WATTPAD !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s