Pensées, en nature morte

Apprendre à disparaître.
La recette est facile.
Commençons par faire le vide.
Un vide creux.
Un vide délaissé, désolé, ignoré.
Un vide dont la présence étouffe.
Un vide impossible à combler.
Un vide qu’il faut savoir consciencieusement créer.
C’est très simple.
Prenez un peu de bonheur.
Pas un bonheur adulte.
Un bonheur naissant.
Un bonheur en bourgeons, qui dore au soleil.
Un bonheur rempli de la promesse des plus doux fruits.
Cajolez-le.
Embrassez-le.
Chaque jour, laissez couler sur lui vos larmes de joie.
Quand il est frémissant.
Quand les pétales de ses fleurs semblent vouloir naître.
Éloignez-vous.
Doucement.
Sans bruit.
Votre gorge va se serrer.
Chaque pas vous transpercera.
Ne vous détournez pas.
C’est ici que la recette nécessite toute votre attention.
Tournez au coin de la première rue.
Cachez-vous.
Qu’il ne vous voie plus.
Comptez les jours.
Comptez les mois.
Respirez.
Regardez maintenant.
Il s’est évaporé.
Posez votre main sur votre poitrine.
Arracher la peau.
Enlevez la chair.
Brisez les os.
Là où devrait se trouver votre cœur.
Rien.
Le vide.
Vous avez réussi.
Alors dans ce vide béant, vous pouvez disparaître tranquillement.

©TheFishEye2019

 



AIDEZ A FAIRE VIVRE CETTE HISTOIRE SI ELLE VOUS À PLU : PARTAGEZ, LIKEZ, COMMENTEZ, LACHEZ-VOUS, ABONNEZ-VOUS!! ET VIENDEZ SUR FACEBOOK, SUR TWITTER ET MAINTENANT SUR WATTPAD !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s