Se mettre au vert

Je vous dépeins la scène elle est cocasse
Sous un arbre que je trouve trop penché
Dans ma rue déserte
Se froisse seul un sac en papier
Qui attend que la tempête passe
Derrière moi un bruit d’assiettes
Accompagne l’odeur humide du dîner
Ce sera poulet et brocolis
En cas de faim persistante ce qui est certain
On pourra picorer au mieux un fruit
L’isolement dit-elle engendre l’embonpoint
Et s’il le faut demain on mangera des salsifis


@petrovskybl, Chroniques de la vie parisienne #11

 

AIDEZ A FAIRE VIVRE CETTE HISTOIRE SI ELLE VOUS À PLU : PARTAGEZ, LIKEZ, COMMENTEZ, LACHEZ-VOUS, ABONNEZ-VOUS!! ET VIENDEZ SUR FACEBOOK, SUR TWITTER ET MAINTENANT SUR INSTAGRAM !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s