Le héros meurt à la fin

Les chapitres du héros, pour sauter plus vite de l’un à l’autre :

Chapitre 1Chapitre 2Chapitre 3Chapitre 4Chapitre 5Chapitre 6Chapitre 7

Le pourquoi de tout ça :

C’est ici le plus grand projet de 40 ans (bientôt) de vie. Aussi loin que je me souvienne j’ai toujours voulu écrire des histoires. Raconter ce que d’autres appellent « des bêtises ». Faire rire les copains et parfois les faire pleurer. J’étais doué pour les arts. En tout cas, c’est vers là que me poussaient mes professeurs. J’ai même gagné plusieurs concours de poésie quand j’étais môme. Rien de bien sérieux, mais assez tout de même pour qu’on m’oriente vers des études de lettres. C’était sans compter, comme dans tout conte qui se respecte, sur la volonté impérieuse de mimétisme de ma classe sociale. En tout cas de la classe sociale dans laquelle on voulait que j’évolue. Je suis donc devenu ingénieur, pas le meilleur des ingénieurs, mais certainement un bon manager, et un bon chef de projets. J’ai toujours eu envie d’avoir des équipes et de m’en occuper. D’aider à faire grandir les individus qui les composent. C’est là que j’ai trouvé mon épanouissement loin des livres. Le temps, comme il sait si bien le faire, m’a rattrapé. Aujourd’hui, j’ai peur de mourir plus que je n’ai jamais eu peur de vivre. Alors il est l’heure de me lancer dans ce qui m’a toujours fait vibrer : réclamer qu’on me jette des tomates au visage ! Ce texte que vous découvrez est le fruit de peu d’années de travail, et je n’y consacre pas des heures assidues comme les vrais auteurs, ou les passionnés que je croise sur les réseaux sociaux. J’étale les mots dans ce récit dont j’entrevois la fin, sans bien comprendre encore comment je vais vous emmener jusque là. Mais j’avais envie, au moins une fois, de raconter en entier une histoire. Un roman. Le voici. Évidemment, j’ai plein d’autres idées pour plein d’autres publications. Mais voyons déjà si j’arrive à mener celle-ci jusqu’au bout. Une fois terminée, il fera jour, et on décidera ensemble si ça vaut le coût de continuer.

Bonne lecture.

À la prochaine les gens, #FuckTheFish

AIDEZ A FAIRE VIVRE CETTE HISTOIRE SI ELLE VOUS À PLU : PARTAGEZ, LIKEZ, COMMENTEZ, LACHEZ-VOUS, ABONNEZ-VOUS!! ET VIENDEZ SUR FACEBOOK ET SUR TWITTER !

– Et pis taf! Tiens!
– Mais non!
– Mais pis quoi alors ?
– Et pis log!
– Ah ok